Saturday, August 29, 2015

Barthes y la pantalla diferida



Philip Watts
Le Cinema de Roland Bartes
Suivi d’um entretien avec Jacques Rancière 
Trad. de Sophie Queuniet
Introduction de Dudley Andrew, Yves Citton, Vincent Debaene & Sam Di Iorio
De l'incidence éditeur, Paris, 2015, 200 pp.
ISBN : 978-2-918-193-30-2

C’est un lieu commun qu’il a entretenu lui-même : Roland Barthes n’aimait guère le cinéma. Ce livre – le premier consacré à la question – ne nie pas cette résistance, mais il en montre les ambivalences et les enjeux plus profonds. Il met aussi en lumière un ensemble d’écrits souvent méconnus : Greta Garbo, Claude Chabrol, Marlon Brando, le genre du péplum ou celui du film de gangster, le cinémascope, Sergueï Eisenstein, André Téchiné, Michelangelo Antonioni… tous ont fait l’objet de réflexions et d’analyses qui montrent que pour Barthes, le cinéma constituait un terrain d’expérimentation privilégié. Philip Watts analyse finement comment sa pensée s’est reconfigurée en rebondissant sur des objets à la fois artistiques et populaires. En cinq chapitres chronologiques, faits de retournements et d’insistances, Le Cinéma de Roland Barthes propose à la fois une relecture de Barthes depuis la question du cinéma, une riche enquête historique sur les études cinématographiques, d’André Bazin à Jacques Rancière, ainsi qu’une réflexion très actuelle sur les articulations possibles entre politique et esthétique.
L’essai de Philip Watts est suivi d’un entretien avec Jacques Rancière. Le philosophe y revient sur sa propre relation à Roland Barthes et sur le rapport de ce dernier au cinéma.

 
La Table des matières

Introduction des éditeurs  
Introduction

Chapitre Premier – Un spectacle dégradé
L’interprète et le sensualiste – La coupe romaine – Un cinéma de la guerre froide – Démystification, 1957 – « Le visage de Garbo » – « Rafraîchir la perception du monde » – Barthes et la Nouvelle Vague

Chapitre Deux – Barthes et Bazin
Continent perdu– De l’ontologie à la rhétorique et vice versa – La Chambre claire

Chapitre Trois – Une autre Révolution
Le fétichiste – Eisenstein, 1970 – Du gauchisme à l’affect

Chapitre Quatre – En sortant du cinéma
La science de la filmologie – La théorie du dispositif – Une longue conversation avec Christian Metz – En sortant de la théorie

Chapitre Cinq – L’imagination mélodramatique
Les Sœurs Brontë – Le tournant mélodramatique de la Nouvelle Vague – L’imagination mélodramatique de Michel Foucault – Barthes et Foucault – Barthes et Truffaut : la photographie mélodramatique

Conclusion – De Barthes à Rancière ?

Entretien avec Jacques Rancière sur Roland Barthes et le cinéma  
Annexe : Roland Barthes, Présentation des Inconnus de la terre de M. Ruspoli (1962) 

Bibliographie
Index 

 
Philip Watts a enseigné la littérature et le cinéma dans les universités de Pittsburgh et de Columbia, à New York, où il a dirigé le Département de français et de philologie romane. Outre de nombreux articles sur la littérature française du XXe siècle, la littérature maghrébine et le cinéma, il est l’auteur de Allegories of the Purge: How Literature Responded to the Postwar Trials of Writers and Intellectuals in France (Stanford 1999) et le co-éditeur de Jacques Rancière : History, Politics, Aesthetics (Duke 2009).


No comments: