Monday, August 25, 2014

Le Siècle des lumières mise-en-scène


Rahul Markovits
Civiliser l'Europe. Politiques du théâtre français au XVIIIe siècle
Fayard, (Coll. L'épreuve de l'histoire), Paris, 2014, 400 pp.
ISBN: 9782213681375


Chaque année, la presse anglophone, de Time Magazine à Newsweek, annonce la « mort de la culture française », en insistant sur le peu d'écho rencontré par les productions françaises à l'étranger. Face à ces interrogations lancinantes sur le recul de la place de cette culture dans le monde, l'« Europe française » du Siècle des lumières apparaît à certains comme un âge d'or, le temps béni du « rayonnement » de la culture française. Le prestige européen du théâtre français en serait une des manifestations les moins contestables. Au XVIIIe siècle, en effet, des troupes de comédiens français sillonnent toute l'Europe, de Cadix à Saint-Pétersbourg et de Stockholm à Palerme, proposant au public un répertoire où se mêlent les classiques, Molière au premier chef, et des auteurs aujourd'hui oubliés comme Regnard, Destouches ou La Chaussée. Contre une lecture nostalgique et mystificatrice, qui célèbre sans l’interroger la présence du théâtre français dans les grandes capitales européennes, Civiliser l’Europe en décrit et en révèle les mécanismes. En s’appuyant sur les méthodes nouvelles de l’histoire connectée, appliquées à l’échelle européenne, Rahul Markovits montre que cette circulation du théâtre français ne se comprend qu’en mettant en lumière les différents contextes dans lesquels les troupes françaises sont conduites à jouer le répertoire national. Princes et ministres de l'Europe des cours en quête de distinction sociale ou de prestige politique, diplomates et chefs militaires promouvant le soft power français, chefs de troupe et comédiens à la recherche d'opportunités économiques mais souvent animés de l'« esprit de retour », administrateurs napoléoniens convaincus de l'influence civilisatrice des chefs-d'œuvre de la scène française: c'est de l'action de l'ensemble de ces protagonistes qu'est constituée la matière de ce livre. Il en ressort une leçon magistrale : le théâtre français n’était pas perçu au Siècle des lumières comme un simple divertissement ni comme le signe d’une grandeur littéraire incontestée, mais bien comme l’instrument d’une unification culturelle de l’Europe, sous l’égide parfois pacifique, parfois brutale, des élites françaises, désireuses de s’assurer, selon le mot de Voltaire, l’«empire de l’esprit». L'histoire de l’«Europe française» au prisme du théâtre ne nous tend pas le miroir de notre grandeur culturelle déchue. Elle nous montre que les dominations culturelles ne sont pas massives et univoques, mais que, derrière l'ordre surplombant du discours, elles sont souvent relatives et toujours localisées.

No comments: