Saturday, June 07, 2014

Reduplicación y Derecho. Epistemología como neurojurídica



Bjarne Melkevik
Épistémologie juridique et déjà-droit
Buenos Books International, 2014, 122 pp.
ISBN: 978-2366700480


Si, dans le monde juridique, l’épistémologie s’oriente vers le rôle ingrat d’un a priori prêt à se transmuter idéologiquement en méthodologie juridique, en théorie de l’interprétation, ou simplement en «modèle théorique» préétabli, nous avons un réel problème épistémologique. En conséquence, l’objectif de notre livre se résume à réfléchir sur ce problème et à le faire sous l’auspice d’une interrogation qui est elle-même de l’ordre de l’épistémologie juridique. Il faut impérativement critiquer et évincer, autant que possible, le recours idéologique à un «déjà-droit», un droit déjà là d’une façon ou d’une autre, et qui peut agir (sans aucun acte délibératif de création) en tant que «justification, fondation et idéologie» dans le domaine du droit, ou pire, en tant que «Idéo-droit» propre à ses investigateurs membres d’une secte doctrinale.

Les trois essais que nous publions ici sous le titre «Épistémologie juridique et déjà-droit » cherchent à reprendre le terrain. Ils présentent une critique en règle de toute fondation (et fondationnalisme), toute justification (et procédé justificatif) et de toute tentative de faire de la théorie un paradigme pour «l’Idéo-droit». Il s’agit évidemment d’essais critiques dans le sens de résistance aux «chants des sirènes» qui, pareil au péril d’Ulysse (de l’Odyssée d’Homère), peuvent bien être envoûtants et beaux, mais qui provoqueront notre naufrage intellectuel et moral si nous ne nous tenons pas debout. Il ne faut jamais céder à la tentation de croire à l’existence d’un «déjà-droit», d’un droit déjà ici et là, et magiquement présent dans un monde objectif et prêt à être cueilli par notre théorie.

Il n’y a aucune raison de céder à l’irrationnel; il nous faut plutôt résister, protester et hurler épistémologiquement contre l’irrationalité d’un «déjà-droit».


Table des matières

Avant-propos
Réflexions épistémologique et question de Droit
I. Un peu de débroussaillage dans le domaine de l´épistémologie juridique
II. Le ciel embrumé du déjà-droit: une critique épistémologique
III. Une note sur la notion de ‘force obligatoire’ et le Droit.
Bibliographie di Bjarne Melkevik


Bjarne Melkevik, Doctorat d’État en droit de Paris II, est professeur titulaire à la Faculté de droit de l’Université Laval (Québec). Auteur de Philosophie du droit. Vol. 1 (2010) et Vol- 2 (2014), Habermas, Légalité et Légitimité (2012), et Droit, mémoire et littérature (2010). Chez Buenos Books International, il a publié Marxisme et philosophie du droit : le cas Pasukanis (2010) et Droit et Agir communicationnel : Penser avec Habermas (2012)



▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄


Edvard Munch (1863-1944)
'Rettsvitenskap/Jurisprudencia', o 'Filosofia del Derecho' (1887)
 Nasjonalgalleriet, Oslo, Norway


Adeudo el presente libro, como otro muchos antes de éste, a una dilatada correspondencia con su autor. Desde hace años viajan entre Canadá y España las novedades de investigación que cada cual va haciendo aparecer y nos surtimos de ellas recíprocamente. De la actual, llegada esta última semana, hago ahora público recibimiento y quedo emplazado a una retribución que confío no se demore.

La mirada epistemológica que esta obra nos propone posee un enfoque neurojurídico, si se me permite a llamarlo así. El «déjà-droit» como reduplicación y falso recuerdo alude, ciertamente, a la presencia de sesgos precognitivos que influyen sobre la ideología de la construcción jurídica al introducir predicciones acríticas. Implica que, a través del efecto producido por anomalías que conjeturan la estabilización de una memoria jurídica, el pensamiento acude a una especie de clonación de presupuestos en la que se mistifica la deliberación y el control justificativo de su resultado. Es así como el Derecho entra en riesgo de convertirse en una profecía, con elementos de magicismo que incitan a la irracionalidad.
Melkevik nos liga al mástil de Argos, el «idéo-droit», para resistir las seducciones que empujarían al naufragio de la razón jurídica.
Muy interesante.

J.C.G.

No comments: