Friday, December 20, 2013

Lectura socio-política del cine de vodevil americano. (Establishment of a new social contract goes beyond mere democratic leveling)


Grégoire Halbout
La Comédie screwball hollywoodienne (1934-1945). Sexe, amour et idéaux démocratiques.
Artois Presses Université [APU] (Coll. Lettres et Civilisations étrangères) 2013, 423 pp.
ISBN : 9782848321790



Comment expliquer le succès considérable des comédies loufoques américaines des années 1930 ? Rencontres, coups de foudre, ruptures, divorces, remariages... Ces vaudevilles sentimentaux ont répondu aux attentes d’une classe moyenne en plein essor, avide de libéralisation des mœurs, par des intrigues audacieuses, un humour verbal et le recours aux recettes du burlesque muet. Dirigées par des spécialistes du comique (Hawks, LaCava, Leisen, Ruggles...), incarnées par les stars les plus marquantes de cette décennie (Claudette Colbert, Irene Dunne, Clark Gable, Cary Grant, Katharine Hepburn...), elles forment la comédie screwball, «sous-genre» prolifique de l’entre-deux-guerres, qui continue d’inspirer aujourd’hui la «comédie romantique» au cinéma. Elle s’est fixée deux missions contestataires : railler les normes sociales et les représentants de l’ordre établi, et faire un sort aux clichés de la représentation du masculin et du féminin.
À la croisée des travaux récents sur le classicisme hollywoodien et le genre au cinéma, cette étude appuyée sur un corpus de cent trente films replace la comédie screwball dans son contexte institutionnel et l’envisage sous son aspect le plus marquant : sa fonction communicationnelle et sociale. Sévèrement contrôlés par la censure interne hollywoodienne, ces films ont développé une esthétique verbale et visuelle spécifique, qui se traduit par une rhétorique du contournement et de l’atténuation. Le genre délivre aussi un message politique, en participant au débat démocratique avec ses interrogations sur les questions d’intimité, d’espace privé et public. Le discours amoureux et conjugal y réaffirme les valeurs fondatrices de la société américaine : la liberté d’expression, le libre consentement et l’engagement contractuel.


Table des matières

Première partie – Signes de reconnaissance
La fertilité de la comédie hollywoodienne des années

Chapitre 1 : Preuves d’identité

Aux origines du genre
Une affaire de langage

Chapitre 2 : Protagonistes, les artisans de la comédie screwball

Les studios hollywoodiens : à chacun son genre
Les réalisateurs aux commandes
Les acteurs, stars du genre

Chapitre 3 : stéréotypes narratifs et catégories génériques

Décryptage préalable
Structures narratives : New Love, Old Love et le coït contrarié
Le bal déguisé et les figures de l’affrontement
Le « cocktail » hollywoodien et le mélange des genres
Une génération s’efface
Le déplacement des centres d’intérêt et l’évolution des attentes

Deuxième partie – Le discours interdit et le discours indirect

Chapitre 1 : Un contexte socio-économique propice à la mise en place de la censure

Hollywood et les conséquences de la crise de 1929
Nouveaux publics, nouveaux censeurs
Art et culture populaires : le verrouillage idéologique

Chapitre 2 : Expressions. la comédie screwball et les formes de la censure

Les signes objectifs
Formes du contrôle : rhétorique et grilles de lecture
Tentatives de méthodologie et jurisprudence évolutive

Chapitre 3 : Contenus. le nettoyage idéologique

Une création encadrée : le système des interdictions
Écho et miroir : l’imprimatur final de la presse

Chapitre 4 : discours indirect. l’invention du style screwball

Délinquance procédurale
Effet boomerang : la censure devient matière à comédie
Le scénario de Bluebeard’s Eighth Wife, modèle d’édulcoration narrative et d’attrition lexicale
L’arsenal des contrevenants : le langage et les images
Le miroir inattendu : l’effet amplificateur du marketing
“Screwball Comedy, Sex Comedies”

Troisième partie – La fête screwball et la discussion démocratique

Chapitre 1 : Le New Deal screwball et la société du consentement mutual

Le discours sur le mariage dans l’Amérique des années 1930
Le mariage en question

Chapitre 2 : la tension de la fête screwball, préserver l’espace démocratique

Persistance de l’ordre établi
La négociation entre l’espace public et l’espace privé
Conclusion: La relation amoureuse, réinterprétation du lien démocratique

Annexes

Filmographie (trois corpus)
Bibliographie
Index des noms (acteurs, auteurs, réalisateurs)
Comédie screwball : le point sur la recherché


Grégoire Halbout a effectué une grande partie de sa carrière au sein des industries culturelles anglo-saxonnes (Disney, Nickelodeon). Angliciste, docteur en études cinématographiques, il enseigne à Sciences Po et à l'Université Paris 5- René Descartes. Il est aussi spécialiste des médias et consultant en développement de marque et licensing.

No comments: