Thursday, February 07, 2013

Droit et Littérature: Balzac


Nicolas Dissaux (dir.)
Balzac, romancier du droit
Lexis Nexis/Litec, Paris, 2012, 382 pp.
ISBN : 9782711017355

Résumé

Ces contributions issues d'une journée d'étude tenue en juin 2011 abordent les liens entre l’oeuvre de l'écrivain et le droit en trois parties : études des moeurs juridiques, études d'analyses juridiques, études de philosophie juridique.

Quatrième de couverture

Voilà une vaste fresque dont le juriste et l'homme de lettres n'ont pas fini d'apprécier la richesse. Puisant son inspiration à des sources jusque-là délaissées, Balzac a découvert, selon le mot de son ami Gauthier, "des poèmes et des drames dans le Code". Le langage du droit fut pour lui, ainsi que les combats du droit, une pièce maîtresse de son univers. Lire Balzac, c'est donc aussi saisir à quel point la Littérature peut servir le Droit, et réciproquement.
Persuadée de la fécondité d'une telle approche, une équipe de passionnés était chaleureusement accueillie pour en parler, le 16 juin 2011, à la Maison de Balzac (47, rue Raynouard, Paris 16e). Investi par un public non moins enthousiaste, non moins chaleureux, ce lieu désormais mythique était le cadre idéal. Inlassablement poursuivi par ses créanciers, par le Droit donc, Balzac s'y cachait. Justice oblige, il était bon que notre dette à son égard y fût sinon acquittée, au moins reconnue.
Cet ouvrage en restera comme une preuve. Après un petit abécédaire merveilleusement illustré -sorte de florilège de citations juridiques piochées ici et là dans La Comédie humaine-, il reprend l'ensemble des contributions de cette belle journée, respectant le plan de l'oeuvre originale : Etudes de moeurs juridiques ; Etudes d'analyses juridiques ; Etude de philosophie juridique. Sans doute ce volume n'épuise-t-il pas le sujet.
Quel livre le pourrait ? Que celui-ci suscite des idées, qu'il ouvre de nouvelles pistes de réflexion, qu'il permette de se faire du Droit une idée plus vivante, qu'il donne envie de lire ou de relire Balzac et son but sera atteint.



▀▄▀▄▀▄▀▄▀


Por su interés remito asimismo a la reseña en Le Point.fr. a firma de Laurence Neuer, publicada el pasado 16/12/2012 (http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/laurence-neuer/balzac-romancier-du-droit-16-12-2012-1589079_56.php )



Balzac, romancier du droit



L'univers balzacien du droit dépeint en 17 actes : un bel hommage à l'intemporalité de l'auteur de "La comédie humaine".

Le projet "mariage et adoption pour tous" aurait certainement inspiré la plume incisive d'Honoré de Balzac, lui qui se présentait comme le "législateur du mariage", "licencié en droit conjugal". Ou qui soulignait que "les moeurs, qui n'ont souvent pas de raison, l'emportent sur la loi qui est la raison d'un pays"... Doué d'un sens du rythme littéraire incomparable, excellant dans l'art de la dissection des "moeurs juridiques", l'immense romancier du XIXe siècle s'en serait donné à coeur joie sur les préoccupations sociétales actuelles.

Rien de moins connu que la loi

L'édifice littéraire façonné par l'auteur de La comédie humaine est un véritable cabinet de curiosités juridiques que nous font découvrir les 17 auteurs du très bel ouvrage illustré Balzac, romancier du droit (éditions LexisNexis).
Cette langue du droit qui selon les cas verse dans la subtilité, le caprice, la rigidité ou la poésie inonde l'oeuvre de l'écrivain qui a eu le bon goût de renoncer au notariat pour embrasser sa carrière littéraire. "La comédie humaine demeure le plus magnifique document de droit qu'un romancier ait jamais écrit", disait Adrien Peytel. L'orchestration balzacienne des relations juridiques varie au gré des circonstances. Tantôt raillant la loi, tantôt jonglant avec ses formules coquettes ou désuètes, le détricotage du droit tricote tout autant de vérités ! "Il n'y a rien de moins connu que ce que tout le monde doit savoir, LA LOI !" se plaît à rappeler l'écrivain.

Vérité judiciaire

En criminologue averti, Balzac dissèque les profils des criminels : le criminel né, le criminel passionnel, le criminel occasionnel, etc. Il observe que, souvent, "le crime attire le crime" et que le meurtrier est victime d'un enchaînement malheureux d'événements et, donc, d'une sorte de fatalité. "Il existe rarement de criminel qui soit totalement criminel", écrivait-il. Le personnage emblématique de Vautrin, cet ancien forçat devenu chef de la police, occupe une place de choix dans La comédie humaine, de même que la figure anatomique de l'amant meurtrier dans Le curé de village décrite par Johann Kaspar Lavater.
S'érigeant en critique lucide de l'efficacité du système répressif, Balzac dénonçait l'inflation législative et l'isolement carcéral. Tel un écho prémonitoire aux voeux de la ministre de la Justice de vider les prisons, il disait que "les condamnés devraient être environnés des prodigues du Bien au lieu de rester au milieu des miracles du Mal".
Des criminels aux acteurs du droit, en passant par les fonctionnaires et le traitement des impayés, les vices balzaciens se répondent dans une mise en scène vivifiante. La foi de Balzac - teintée de pessimisme - en la vérité judiciaire pourrait finalement se résumer dans cette peinture du procès : "Les avocats savent légitimer les prétentions les plus absurdes, les lois ont des syllogismes complaisants aux erreurs de la conscience et les juges ont le droit de se tromper"... Bref, relire Balzac s'impose après ce détour par cet enivrant manège juridique

▀▄▀▄▀▄▀▄▀

Compongo aquí una apresurada bibliografía básica de los estudios jurídicos dedicados a la obra balzaquiana, refiriendo sólo las monografías más notables. Así, Émile Lacquièze, L'homme de loi dans l'oeuvre de Balzac (Bordeaux, Imprimerie L. Delbrel, 1921) ; Madeleine Saint-Germès, Balzac considéré comme historien du droit (A. Nizet & M. Bastard, Paris, 1936) ; Andrien Peyter, Balzac, juriste romantique (Ed. M. Ponsot -Paris 1950); Marie-Henriette Faillie, La femme et le code civil dans la Comédie Humaine d´Honoré de Balzac (Didier Érudition, Paris, 1968); Pierre-François Mourier, Balzac : l’injustice de la loi (Editions Michalon, Paris, 1996), o aún recientementa la antología de Michel Lichtlé sobre Balzac y el Derecho, Balzac, le texte et la loi (Études réunies poar Sophie Vanden Abeele, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, Paris, 2012) noticiada en este blog (Saturday, December 15, 2012) [http://iurisdictio-lexmalacitana.blogspot.com.es/2012/12/antologia-de-michel-lichtle-sobre.html]
 
Es clara, pues, la atención e interés que los juristas franceses le han dispensado, igualmente extensible a otras naciones europeas. Así, tempranamente por el británico John Marshall Gest, “The law and lawyers of Honoré de Balzac”, University of Pennsylvania Law Review and American Law Register, 50, 2 (nov. 1911), pp. 59-92. En Alemania, con Barbara Lichtenthäler (Balzac als Jurist : das Recht, Strukturelement der Comédie humaine, Romanistischer Verlag, Bonn, 1988) y Simone Meyer (Balzac und das Recht am Beispiel des Romans Eugenie Grandet, GRIN Verlag, München, 2007). O para Italia, el estudio de Giorgio Rebuffa, “Il trionfo del codice civile nella testimonianza di Honoré de Balzac”, en Materiali per una storia della cultura giuridica, XXII-1, 1992, pp. 65-88.

Entre los juristas españoles tampoco ha menudeado la dedicación, en efecto prestada por José María Castán Vázquez, "Las capitulaciones matrimoniales en las novelas de Balzac" (Revista de Derecho notarial, LXXVI, abril-junio 1972, pp. 323 y ss.), Julio González Campos, “Derecho y literatura en Úrsula Mirquët, de Honoré de Balzac” (en Homenaje al profesor Dr. Gonzalo Rodríguez Mourullo, Civitas, Madrid, 2005, pags. 2009-2026, y particularmente destacada en el caso de Carlos Ollero; véase en su La sociedad y la política como tema literario. Reflexiones sobre H. de Balzac (Edit. Graf. Espejo, Madrid, 1976).

Mi felicitación a Nicolas Dissaux por su empeño e importante contribución.

J.C.G.


No comments: