Sunday, June 12, 2011

Anatole France y el nacionalismo literario: dreyfusards versus antidreyfusards



Guillaume Métayer
Anatole France et le nationalisme littéraire
Scepticisme et tradition
,
Le Félin, Paris, 2011, 216 pp.
Isbn: 9782866457426


Présentation de l'éditeur:
Cet ouvrage est une enquête sur un point aveugle de notre histoire littéraire, Anatole France, prix Nobel de littérature presque tombé dans l'oubli.
Avant d'être l'une des plus grandes voix du dreyfusisme et un compagnon de route du socialisme, France a surtout été considéré comme l'écrivain français par excellence, capable de cristalliser et de fixer dans la littérature le prestige de la Nation, au long des décennies de doute culturel qui ont suivi la défaite de 1870. La réception enthousiaste d'Anatole France dans la mouvance du nationalisme français, Barrès et Maurras en tête, le confirme.
Des tendances nostalgiques, une écriture et des idées néo-classiques, une posture sceptique face aux excès de la Révolution française donnent l'image d'un écrivain sinon de la tradition, du moins de l'" évolution ", à distance du mythe révolutionnaire. France apparaît alors comme une sorte de " lieu de mémoire " vivant, capable de concentrer en lui nombre de " lieux de mémoire " nationaux 1 (" la conversation ", " la coupole ", " la visite au maître "...).
Il s'impose comme la figure transitionnelle d'une France inquiète, en quête de pérennité symbolique et le miroir littéraire d'une IIIe République avide de légitimité historique. Cet ouvrage, qui s'appuie sur une étude circonstanciée de la réception d'Anatole France dans le courant nationaliste, se veut aussi un parcours critique d'une oeuvre qui marque un moment charnière dans les aventures de l'humanisme à la française..

En el Préface Guillaume Métayer nos da a leer lo siguiente : « Par «nationalisme littéraire», nous entendons la mouvance de ces écrivains, critiques et publicistes qui, à partir de la Défaite de 1870 et jusqu’à la Grande Guerre et même après elle, ont, chaque jour davantage, cherché à mobiliser la fraction française de la République des Lettres dans la grande cause nationale de la Revanche. Ce sont des réactionnaires, des antidreyfusards, des adversaires, le plus souvent, du régime républicain. Leur mobilisation des forces intellectuelles, morales et littéraires de la nation est une figure de «l’engagement des intellectuels» qui a caractérisé la vie publique du temps».

Guillaume Métayer, ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres classiques, est chercheur au Centre d'étude de la Langue et de la Littérature françaises des XVIIe et XVIIIe siècles (CNRS, Paris IV). Il est également traducteur littéraire du hongrois

No comments: