Monday, September 06, 2010

Droit et littérature. France. Appel à contribution

Appel à contribution
Université de Picardie-Jules Verne
Colloque
Fiction et droit
Saint-Valéry-sur-Somme
fin septembre/octobre 2011
(limite: avril 2011)

Responsable: Catherine Grall
Présentation
Depuis l'âge de la rhétorique antique, la fiction et le droit entretiennent des rapports intimes: les cas juridiques ont été imaginés à titre d'exercices et à l'appui du développement de théories du droit. La tragédie grecque a été plusieurs fois définie comme le lieu artistique où la société interroge ses lois. La littérature romanesque ou nouvellistique a représenté la criminalité et l'exercice de la justice, servant ainsi, par la suite, de point d'appui à l'étude historique et philosophique du droit. La fiction a pu aussi utiliser des pièces de procès pour se construire, et l'éthique juridique faire appel à des oeuvres d'imagination, à des expériences de pensée relevant de la fiction. Le mouvement «Law and Literature» trouve depuis quelques années des résonances dans la recherche de langue française, avec les travaux de François Ost, de Bernard Edelman (qui rappellent combien les juristes inventent la société, construisant une fable à leur manière), de Christian Biet, d'Anne Teissier-Esminger, de Sandra Travers de Faultrier…
La période qui précède l'âge classique a sans doute été davantage étudiée jusqu'à présent dans cette perspective – un colloque intitulé «Droit et éthique dans les discours littéraires, du Moyen Âge aux Lumières» vient de se tenir, en juin 2010, à Amiens. Nous aimerions consacrer celui-ci à des approches théoriques et à la période moderne, comprise comme débutant avec les Lumières – les philosophies du droit s'épanouissant alors d'un manière telle qu'elles invitent à interroger, entre autres, les tenants idéologiques du réalisme littéraire. Par ailleurs, l'écriture et la publication de la fiction entraînent des débats juridiques que l'actualité pose en de nouveaux termes avec, par exemple, l'autofiction. Ces deux rappels mettent en évidence une problématique fondamentale du rapprochement entre fiction et droit : le statut du sujet singulier dans des univers faits de règles, de principes ou d'idées. La littérature réaliste, qui prend en compte le sujet moderne dans un monde circonstancié et référencé, peut prétendre dire la complexité d'un réel singulier que rateraient les principes du droit et de la morale. Mais le droit répond naturellement par la jurisprudence et l'étude des cas … et la fiction non-réaliste a ses propres moyens de dire, par le jeu des émotions, voire de l'invraisemblance, le propre de l'homme et son rapport à la loi. En outre, la fiction a évidemment, elle aussi, des «principes», pas toujours explicités, et son langage, norme par excellence, ne cesse de relever le défi du singulier, voire du vivant … quand le droit s'applique concrètement aux personnes – et semble narguer les désirs d'efficacité, voire de puissance, dans le réel mondain, des oeuvres d'imagination. Pragmatisme et idéalisme, compris de manière large, s'affrontent ainsi à l'intérieur de ces champs, les faisant dialoguer d'une manière que nous espérons fructueuse: si le droit peut rencontrer la fiction, nous l'invitons à le faire à différents degrés, le premier, qui n'est pas nécessairement le plus simple, étant celui d'un dialogue direct entre les deux champs, et le second résultant de problématiques formulées par les approches comparatistes de chaque champ. Le droit comparé et l'histoire du droit (modèle anglo-saxon contre modèle hérité du droit romain, par exemple) ont sans doute, en effet, des questions qui peuvent résonner avec celles des théories générales de la fiction. Ces deux niveaux ne sont bien évidemment, et heureusement, pas exclusifs l'un de l'autre, mais ils signifient que nous accepterons des propositions théoriques comme monographiques et analytiques. Nous espérons enfin que ce colloque sera l'occasion de véritables rencontres, entre chercheurs déjà familiers de l'interdisciplinarité et chercheurs de l'un ou l'autre domaine: concrètement, les communications seront donc l'occasion de véritables tables-rondes.
Les projets de communication (3000 signes minimum) sont à adresser à Catherine Grall, maître de conférences en littérature générale et comparée à l'UPJV sur grallthecat@gmail.com, au plus tard au printemps 2011.
Contact: Catherine Grall, 58 rue Damesme 75013 Paris
Lieu: Maison de l'Université de Picardie-Jules Verne à Saint-Valery-sur-Somme.

No comments: